vendredi 10 mars 2017

État des lieux.






Par nature je me remets toujours en question sur mes choix et mes envies photo, je pense que c’est comme ça qu'on progresse; "Ne pas se reposer sur ses lauriers"! (j'ai toujours ce précepte calé dans un coin de ma tête) Il y a 3 ans j'habitais dans le sud-est de la France et depuis j'ai déménagé en face, à gauche... à mon grand désespoir (bon pt' être pas jusque là quand même hein...) car j'adore la Provence, c'est un endroit cher à mon cœur dont l'art de vivre est tout à fait bienfaiteur. Et donc avant je sortais assez régulièrement avec mon acolyte Alain D. pour aller traquer/ shooter la bonne photo de rue. La veille de nos escapades on préparait nos sacs un peu comme un grand chef mitonne sa spécialité. Et le lendemain, on marchait, on errait même! pour débusquer la photo qui trônerait sur la page UNE de nos blogs respectifs. On était vraiment à l’affut, fallait pas louper le cliché pour lequel on était sorti; et parfois, c'est quand l'appareil était au chaud que les meilleures images filaient! C'est toujours comme ça. 
Alain est beaucoup plus aventureux et gonflé que moi, certaines de ses photos sont osées! mais on adore car ses images restent simples et finalement on est beaucoup à aimer le culot dont il fait preuve! je crois bien que c'est une des caractéristiques qui permet de distinguer particulièrement les photos banales des autres...



Qu'est-ce-que c'est que la bonne photo de rue justement? Une photo qui provoque une émotion, une image qui incite à la réflexion/ qui intrigue ...?!
Bien que la réponse sera différente à coup sûr de la part des différentes personnes interrogées, perso j'aime ce qui est insolite- les scènes incongrues- les attitudes rigolotes- les personnages exceptionnels- les lieux originaux... et je pense que même si je suis là au bon moment je n'ose encore pas braver certaines limites... Après je regrette parfois, et je me demande si justement cette frontière aurait valu la peine ou pas... et je me dis OUI! ça vous arrive ça à vous? 
Robert Capa a dit ceci:« Si ta photo n'est pas assez bonne, c'est que tu n'étais pas assez près »... je suis absolument d'accord pour l'avoir à chaque fois expérimenté, mais pour se rapprocher il faut: et d'une, oser et de deux, oser braver les limites... je crois que j'ai encore du boulot!



@+

2 commentaires:

  1. Ta seconde image m'a parlé et m'a troublé : une évocation de notre binôme au marathon photo de Nice 2009, place Garibaldi, comme si j'y étais malgré les huit années qui nous séparent de ce top moment et ton commentaire touchant qui ne me fait que plus regretter ton "exfiltration" vers d'autres lieux, mais la vie est aunsi faite et si je ne produis plus grand chose, je l'impute en partie à cette synergie que je n'ai pas retrouvée auprès de l'un ou l'une de mes collèguesde mon environnement photographique ; au club, le niveau général est faible et cantonné dans les genres qui m'intéressent peu ou pas, mais il faut faire avec ... du moins jusquà cet été ; alors, peut-être," l'aventureux et le gonflé" pourra repartir, à défaut de longs voyages, au moins sur des sentiers non balisés, "le véritable voyage ne consiste pas à trouver de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux" (Marcel Proust) en souhaitant que les miens continuent à assurer leurs bons et loyaux services ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. Comment oublier pareil gueule me diras-tu! Je me disais bien que tu allais te rappeler de ce moment de pêche au gros!
    Comme tu peux le voir, moi aussi je plonge dans mes archives, ça me permet cet état des lieux et aussi un coup de booste!

    A très plus pour une sortie à l'ancienne!

    RépondreSupprimer