mercredi 15 mars 2017

État des lieux // 2



Je me suis toujours demandée ce qui poussait certaines personnes à appuyer sur le bouton déclencheur au moment où ils le font... et moi, pourquoi j'ai appuyé tout juste à ce moment là? 
Et bien quand tu réfléchis, de nombreuses réponses se bousculent au portillon! la scène, la lumière, l'objet, le lieu, le souvenir, l'arrangement des éléments à cet instant, la beauté, l'incongruité, la couleur, la finesse, les sentiments, la dérision, ... finalement je n'ai pas d'idée préconçue quand je prends une photo - l'instantanéité - et je crois que c'est ce qui me plait et surtout ce qui me définit; toujours captée par les surprises c'est ce qui continue de provoquer ce désir d'appuyer... d'où cette grande hétérogénéité dans ma palette d'images. C'est cette innocence sur les choses/ les gens, cet accès privilégié à cette liberté d'expression - qui permet cette création sans cesse renouvelée et diversifiée. 
Malgré tout, je pense ne pas être objective à 100%, je veux toujours y voir l'amour même s'il n'est pas clairement exprimé figurativement parlant, et aussi toujours un soupçon d'optimisme...
"Les bonne vibrations font naitre les projets autant que l'aventure. Et quand l'étreinte de cette époque bousculée nous serre la gorge, regardons vers le bien, le beau, le bon. Message empreint de naïveté? plutôt de bienveillance efficace.", vous comprenez ce que je veux dire maintenant?!

Je crois que je suis de ces photographes qui errent d'un sujet à l'autre, avec leur vie intérieure comme seul fil conducteur. 





Et vous, comment allez-vous?

@+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire